La photographie de Michel Eisenlohr fixe notre exposition au temps. Elle nous invite à nous laisser habiter par ce qui érode les choses et ride les visages, laisse dans les regards la nostalgie de ce qui n’est plus, floute la vision des corps entrevus. Cette porosité capte la patine et la sédimentation par un travail subtil, sur les ombres ici, sur ces lumières lentes et caressantes là. Elle suggère parfois une présence évanouie hors cadre, souligne la trame des architectures, le contraste entre le paysage urbain le plus contemporain et les îlots des quartiers du passé, entre la ville nocturne presque absente et ces monuments endormis soudainement révélés. Parce que son travail prend le temps de la pause, il nous raconte l’histoire des êtres et des lieux, et l’on sent bien alors son rapport avec les lectures multiples que nous offre la littérature : chaque photo nous fait divaguer dans notre propre perception. C’est peut-être pour cela que son travail est aussi une invitation au voyage et s’en nourrit. Il nous emmène voir ce qui nous a échappé dans l’empressement de l’immédiat.

Hervé Mariotti

Michel Eisenlohr photographer

Michel Eisenlohr photographer

Né à La Ciotat en 1974, Michel Eisenlohr est auteur-photographe depuis une quinzaine d’années. Bercé par la littérature de voyage, c’est en Pays Dogon qu’il réalise ses premières images. Après des études littéraires, il poursuit ses reportages en France et à l’étranger, en Afrique de l’Ouest, au Proche Orient, en Inde ou plus récemment en Islande et à Hong-Kong. Son approche photographique, tel un récit, s’attache à capter l’esprit des villes, la mémoire des lieux et à transcrire les relations qu’entretiennent les hommes, leur territoire et leurs croyances. Photographe de la trace, de la lumière et du sensible, son travail est régulièrement présenté en France et à l’étranger, et fait l’objet de plusieurs publications. 

Born in La Ciotat in 1974, Michel Eisenlohr has been a photographer and author since about fifteen years. Lulled by the literature of travel, it is in Dogon Country that he realizes his first images. After studying literature, he continued his reporting in France and abroad, in West Africa, the Middle East, India or more recently in Iceland and Hong Kong. His photographic approach, like a story, seeks to capture the spirit of cities, the memory of places and to transcribe the relationships between men, territory and beliefs. Photographer of the trace, light and sensitive, his work is regularly presented in France and abroad, and is the subject of several publications. 

Exhibitions solo (abstract)

2018

Images de Syrie – Musée de la Photographie, Toulon

Archilumen – Rue des Arts, Galerie du 15, Toulon

Hong-Kong Enclaves urbaines – Gallery F22, Hong-Kong

2017

Images de Syrie – Site archéologique de Glanum, Hôtel de Sade, Saint-Rémy-de-Provence

2016

Huldufolk, Islande, le peuple caché – Galerie des Bains-Douches, Marseille

Te lucis ante terminum – Abbaye de Beaulieu-en-Rouergue

Te lucis ante terminum – Abbaye du Thoronet

2015

Paris my dream – Avenue of Stars, The French May, Hong-Kong

2013

Palais Longchamp monumental et secret – Musée des Beaux-Arts Palais Carnolès, Menton

2012

Palais Longchamp monumental et secret – Museum d’Histoire naturelle, Marseille

Sur les traces de Malpasset – Festival PhotoMed, Bandol

2011

Sur les traces de Malpasset – Galerie de la Porte d’Italie, Toulon

Sur les traces de Malpasset – Festival des Nuits photographiques, Pierrevert

2006

Afrique, le gout de l’Autre – Festival international d’Alep, Syrie

Latest News